Sécurité des API – Comment prévenir les attaques?

By Thomas Gonzalez|Posted 08 Juin, 2022

Sécurité des API – Comment prévenir les attaques?

Une API ou interface de programmation d’applications est un logiciel qui permet à différentes applications et services de communiquer ou d’échanger des données. 

Les applications modernes fonctionnent en échangeant des données avec plusieurs applications afin d’améliorer leurs fonctionnalités. 

Sans les API, la communication entre différentes applications serait impossible. Les API sont principalement utilisées par les applications web qui utilisent l’architecture de microservices.

La popularité des API au cours des deux dernières années a également attiré l’attention des cyber-attaquants. 

Ces derniers ne cessent de trouver des moyens de tirer parti des vulnérabilités des API pour déstabiliser ou geler le fonctionnement des applications qui en dépendent. 

Pour éviter d’être la prochaine victime, il est important de donner la priorité à la sécurité de vos API à tous les stades : développement, déploiement et maintenance.

Comme tout autre logiciel, les API doivent être testées fréquemment pour s’assurer que toutes les vulnérabilités détectées sont corrigées avant d’être exploitées par des attaquants.

Dans cet article, nous allons aborder les attaques courantes contre les API et la manière dont vous pouvez empêcher les hackers de compromettre vos API en utilisant l’une de ces attaques. Commençons !

Les Types d’attaques d’API les plus courantes

Avant d’aborder les différentes façons d’empêcher les attaques contre vos API, examinons d’abord les types d’attaques les plus courants :

  1. Attaques par injection d’API

C’est l’une des attaques d’API les plus populaires de ces dernières années. Avec cette attaque, le hacker injecte un code malveillant dans votre logiciel dans le but principal d’accéder à vos data. 

Une fois que le hacker a réussi, il peut utiliser ce code malveillant pour prendre le contrôle de votre application ou en extraire des data sensibles.

2. Falsification de paramètres

Dans le cas de falsification de paramètres, l’attaquant manipule les paramètres entre le client (navigateur) et le serveur (pour un site Web ou une application Web) dans le but de modifier les data de l’application, telles que les informations d’identification et d’autorisations. 

Dans certaines situations, les data saisies par l’utilisateur (dans un champ de formulaire) sont manipulées sans l’autorisation de l’utilisateur.

3. Les attaques de l’homme du milieu (MITM)

Comme vous l’avez sans doute deviné, il s’agit d’un type d’attaque où le pirate interfère entre deux parties communiquant via le web pour obtenir des informations sensibles. 

Si un attaquant s’immisce dans la communication entre un client et un serveur, il aura accès à toutes les informations échangées entre le client et le serveur. 

Ces informations peuvent inclure les identifiants de connexion des utilisateurs, tels que leur mot de passe, leur nom d’utilisateur ou leur adresse électronique.

4. L’attaque DDoS

DDoS est l’abréviation de Distributed Denial of Service (déni de service distribué). Il s’agit d’un type de cyberattaque contre une application web ou un site web qui vise à perturber le trafic d’un réseau particulier ou d’un serveur ciblé. 

En général, ces attaques sont menées en submergeant les serveurs de votre application web ou de votre site web avec un trafic généré artificiellement, ce qui rend difficile l’accès aux visiteurs réels du site.

5. Détournement d’authentification

Il s’agit d’une attaque au cours de laquelle les hackers compromettent en volant ou en devinant la session d’authentification, ce qui leur permet d’accéder à un serveur Web. 

Avec cette attaque, les attaquants tenteront de contourner les méthodes d’authentification utilisées par vos API en devinant le code de session ou en le volant aux utilisateurs réels.

6. Exposition des data

Cette forme d’attaque se produit généralement lorsque les applications ne gèrent pas correctement l’échange de data sensibles (telles que les informations de paiement et les identifiants de connexion). 

Les hackers peuvent faire ce qu’ils veulent lorsqu’ils tombent sur ce type d’informations.

Comment prévenir les attaques d’API

Maintenant que nous connaissons les moyens courants par lesquels les hackers peuvent attaquer votre API, examinons les meilleures pratiques en matière de sécurité des API que vous pouvez utiliser pour protéger votre API contre toute compromission.

  1. Authentification multifactorielle

L’authentification à deux facteurs (2FA) est la méthode la plus couramment utilisée pour renforcer la sécurité des applications Web et des API. 

Avec l’authentification à deux facteurs, un utilisateur reçoit un code par SMS ou par courrier électronique en cas de tentative de connexion à partir d’un site distant ou d’un autre appareil. L’utilisateur doit donc disposer de ce code avant de pouvoir accéder à votre compte.

Ainsi, même si un attaquant obtient l’accès aux données de connexion d’un certain utilisateur, il ne pourra pas accéder au compte à moins de deviner le code 2FA, ce qui est très peu probable. 

Il est également important d’encourager les utilisateurs à changer leurs mots de passe ou même leur adresse électronique s’ils sont informés d’une tentative de connexion à leur compte qui n’a pas été effectuée par eux. 

Toutes les applications web les plus populaires que nous connaissons, notamment Facebook, Gmail et Amazon, utilisent le 2FA pour renforcer la sécurité de leurs utilisateurs.

2. Cryptez toutes vos data

Un autre moyen pratique d’empêcher les hackers de compromettre vos API consiste à crypter tout le trafic entrant et sortant de vos serveurs. C’est l’un des moyens les plus efficaces de lutter contre les attaques de type “man in the middle”. 

Même si le hacker a accès aux data pendant leur transit, elles n’auront aucun sens pour lui puisqu’elles sont cryptées.

Utilisez le protocole SSL (Secure Sockets Layer) ou TLS (Transport Layer Security) pour vous assurer que toutes les data envoyées et reçues par vos serveurs sont cryptées.

3. Utilisez un maillage de services

Un maillage de services est une couche d’infrastructure dédiée qui assure une communication sécurisée entre les infrastructures d’applications conteneurisées. L’utilisation d’un maillage de services permet d’appliquer différentes couches de gestion et de contrôle lors de l’acheminement des demandes d’un service donné au suivant. 

Avec un maillage de services, la sécurité est gérée plus efficacement, en combinant les capacités de sécurité et d’exploitation dans une couche d’infrastructure transparente entre les applications conteneurisées et le réseau.

Comme de plus en plus d’applications adoptent l’architecture microservices, l’utilisation de maillages de services devient l’un des moyens les plus efficaces de garantir une communication sécurisée entre les différents services et API.

4. Utiliser la philosophie de la confiance zéro

Cette philosophie part du principe qu’il peut y avoir des attaquants tant à l’extérieur qu’à l’intérieur du réseau, de sorte que tous les utilisateurs ou machines doivent être vérifiés avant d’obtenir l’accès au réseau. 

Traditionnellement, les réseaux avaient une certaine forme de périmètre et tous les éléments à l’intérieur de ce périmètre étaient fiables et ceux à l’extérieur ne l’étaient pas. 

Avec la philosophie de la confiance zéro, aucun élément n’est fiable, que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur du périmètre ; ils doivent tous être vérifiés avant de se voir accorder un quelconque niveau d’accès.

Avec cette philosophie, l’accent sur la sécurité est déplacé de l’emplacement vers des utilisateurs, des machines et des ressources spécifiques. 

L’utilisation de la philosophie de confiance zéro garantit que les API authentifient tous les utilisateurs et toutes les applications (à l’intérieur comme à l’extérieur), leur accordent le moins de privilèges possible et surveillent de près tout comportement anormal.

5. Limitation de débit

La limitation du débit impose une limite au nombre de demandes ou à la quantité de data qu’un client donné peut consommer. Grâce à la limitation du débit, un seul client ne peut pas submerger l’API avec un nombre excessif de demandes. 

Les limites de débit sont généralement calculées en requêtes par seconde. Cette stratégie est spécifiquement utilisée pour faire face aux attaques DDoS sur les API.

La limitation du débit permet également d’équilibrer l’accès et la disponibilité en gérant et en régulant les connexions des utilisateurs. 

L’utilisation de cette stratégie limitera considérablement l’impact des attaques DDoS sur votre API.

6. Tirez parti d’OAuth

OAuth, qui signifie “Open Authentication”, est un protocole qui permet aux services tiers d’échanger des informations sans exposer les informations d’identification de l’utilisateur. En utilisant OAuth, vous protégerez les informations sensibles des utilisateurs contre les hackers.

7. Utilisez les notifications push

Un autre moyen efficace de renforcer la sécurité de votre API consiste à utiliser des notifications push qui sont envoyées par le système récepteur sur le téléphone de l’utilisateur. 

Les utilisateurs peuvent configurer le système de notification push lorsqu’ils s’inscrivent pour la première fois sur l’application. 

Ainsi, chaque fois qu’il y a une tentative de connexion à l’aide d’un autre appareil, l’utilisateur reçoit une notification push.

Ce système ne permet pas de lutter directement contre l’attaque, mais il notifie l’utilisateur, ce qui lui permet de se défendre et d’éviter que son compte ne soit compromis par l’attaquant.

Conclusion

Nous avons examiné certaines des attaques d’API qui ont été assez courantes au cours des deux dernières années. 

La seule connaissance de ces attaques est le point de départ pour aider les développeurs d’applications et d’API à trouver des moyens d’améliorer la sécurité des API dès le départ. 

Nous avons également abordé certaines bonnes pratiques en matière de sécurité des API que vous pouvez mettre en œuvre pour renforcer la sécurité de vos API.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *